Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog d'Evalire

lectures, photos,musiques à partager

Marie hélène Lafon les Pays

Publié le 11 Février 2014 par evalire in lectures

Marie hélène Lafon les Pays

Claire est née dans une ferme du Cantal au milieu des vaches, des poules, des tracteurs, des dures journées de labeur, mais elle sait qu’elle n’a pas l’âme paysanne. Claire a soif de connaissance, elle se jette dans les études avec ferveur et choisit de partir en faculté à Paris.

Elle se sent enfin chez elle dans la capitale, cette ville lui permettra de garder l’anonymat et de s’épanouir à sa façon. Elle côtoie des familles bourgeoises et s’enthousiasme pour la musique et la peinture.

Malgré tout au fond de son coeur les images de sa campagne natale ne s’effacent pas, une petite partie d’elle-même est liée au cantal et elle avoue le plaisir de partager ses souvenirs avec « les Pays. » les nombreux parisiens issus du milieu paysan.

Devenue adulte elle restera partagée entre Paris et sa vie professionnelle et la campagne ou elle retourne pour se ressourcer.

Ce changement radical de vie l’éloignera de son père, fier de la réussite sociale de sa fille, mais incapable de partager ses nouvelles passions.

Le style de Marie Héléne Lafon et la beauté de son écriture font une grande partie du charme de ce livre que j’ai vraiment apprécié même si le dictionnaire m’a souvent manqué.

.

« Elle ne regretterait pas les étés anciens,les étés vert et bleu coupés d’orage impétueux, les étés du foin engrangé en bottes rectangulaires et dures sanglées de ficelles rugueuses. Ces travaux étaient derrière elle, arrachés d’elle et cependant inscrits. Son corps tenace les avait connus et elle comprenait sans paroles que les autres qui étudiaient à Paris avec elle dans les amphithéâtres et les salles de cours ne savaient pas ces façons ancestrales,menacées, en précaire équilibre au bord de l’obsolescence , ou ne les avaient effleurées qu’à titre de récréation estivale et joyeuse , partagée avec des cousins ou des voisins à la faveur de la brèche plus ou moins enchantée ouverte dans l’ordinaire du temps par les vacances rituelles chez les grands-parents ou des oncles et tantes retournés ou demeurés, au pays d’origine. »

Commenter cet article

Sharon et Nunzi 15/02/2014 10:36

Il est dans ma (monstrueuse) PAL, il faut juste que je l'en sorte.

Syl. 13/02/2014 19:24

Ca paraît doux et triste. Je note ce titre.

evalire 14/02/2014 20:38

Oui là je pense qu'il peut te plaire.

jerome 13/02/2014 13:46

Jamais lu cette auteure mais je crois qu'elle a tout pour me plaire.

Nadael 12/02/2014 19:37

http://lesmotsdelafin.wordpress.com/2012/11/06/les-pays-marie-helene-lafon/
Voici le lien, bonne soirée.

Nadael 12/02/2014 12:34

Un très très bon souvenir de lecture.

evalire 12/02/2014 18:36

Est ce que tu as l'adresse de ton billet pour voir ce que tu en dis