Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog d'Evalire

lectures, photos,musiques à partager

Annie Ernaux l'autre fille

Publié le 25 Avril 2014 par evalire in lectures

Mon premier livre audio. Une découverte intéressante, une autre vision de la lecture, je me suis laissée portée par les paroles mais j'ai eu l'impression d'un manque de profondeur, j'ai besoin de lire les mots pour qu'ils s’imprègnent en moi, peut être est ce un manque d'habitude? je renouvellerai cette expérience .

Annie Ernaux l'autre fille

A 10 ans, en surprenant une conversation entre sa mère et une voisine, Annie apprend qu’avant sa naissance, ses parents ont perdu une petite fille, emportée par la diphtérie. « Cette petit était une sainte, bien plus gentille que celle là. » annonce sa mère en la regardant.

Comment se construire, après une telle révélation ? Annie ne parlera jamais de ce qu’elle a apprit insidieusement, mais elle gardera en elle ce jugement d’infériorité.

Qui était cette sœur dont personne ne parle, qui est l’autre fille ? Cette sœur parfaite ou elle, la seconde, la remplaçante qui n’a pas réussi à combler la perte de leur premier enfant ?

Ce texte autobiographique est lu par l’auteur, comme une lettre adressée soixante ans plus tard à cette soeur fantôme qui lui a volé ses parents.

La force de cette lecture est décuplée par la voix de l’auteur qui s’exprime sur sa vie comme une confidence.

J’ai été profondément touchée par la douleur de cette enfant et je comprends mieux l’austérité du style d’Annie Arnaux qui avait tendance à me rebuter. Il faut endosser une sacrée carapace pour se protéger de manque d’amour.

"C'est une photo de couleur sépia, ovale, collée sur le carton jauni d'un livret, elle montre un bébé juché de trois quarts sur des coussins festonnés, superposés. Il est revêtu d'une chemise brodée, à une seule bride, large, sur laquelle s'attache un gros nœud un peu en arrière de l'épaule, comme une grosse fleur ou les ailes d'un papillon géant. Un bébé tout en longueur, peu charnu, dont les jambes écartées avancent, tendues jusqu'au rebord de la table. Sous ses cheveux bruns ramenés en rouleau sur son front bombé, il écarquille les yeux avec une intensité presque dévorante. Ses bras ouverts à la manière d'un poupard semblent s'agiter. On dirait qu'il va bondir. Au-dessous de la photo, la signature du photographe - M. Ridel, Lillebonne - dont les initiales entrelacées ornent aussi le coin supérieur gauche de la couverture, très salie, aux feuillets à moitié détachés l'un de l'autre.
Quand j'étais petite, je croyais - on avait dû me le dire - que c'était moi. Ce n'est pas moi, c'est toi
."

Commenter cet article

sous les galets 08/05/2014 12:02

pas d'audio pour moi, mais je retiens ce titre, d'autant que c'est un thème qui me parle...

Asphodèle 03/05/2014 16:39

J'avais déjà été séduite par Annie Ernaux avec Les armoires vides et La Place mais ce petit opus est particulièrement beau ! L'audio ne me tente pas pour les mêmes raisons que toi ! Je suis sûre que si tu relisais celui-ci, tu en aurais encore une autre vision ! ;)

evalire 03/05/2014 18:54

Je pense que je vais lire d'autres romans de cette auteure

Philisine Cave 30/04/2014 10:54

J'aime beaucoup cette auteure que je considère comme majeure de la littérature française. L'autre fille m'a touchée également.

Sharon 25/04/2014 22:26

Ce livre - ma première rencontre avec l'auteur - m'a beaucoup touchée.