Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog d'Evalire

lectures, photos,musiques à partager

Didier Decoin la pendue de Londres

Publié le 29 Avril 2014 par evalire in lectures

Didier Decoin la pendue de Londres

La peine de mort a été abolie en 1965 en Angleterre.

Albert Pierrepoint a été pendant des années l’exécuteur de cette peine. Il a pendu un nombre impressionnant de condamnés.

En 1945 sa notoriété l’a conduit a être désigné pour exécuter treize nazis en Allemagne et lui a donné la réputation de justicier. Pourtant c’est lors de cette exécution massive qu’il a ressenti un premier doute face à la jeunesse et la beauté d’ Irna Gresse.

Ce bourreau qu’on imagine brutal, inhumain et assoiffé de violence n’est en réalité qu’un homme extrêmement méticuleux qui considère la peine capitale comme l’unique moyen de dissuader l’homme de tuer. Il respecte les condamnés et met tout en œuvre pour que l’exécution se déroule rapidement et avec le moins de souffrance possible.

Ruth Dellis est belle, mais en lui donnant la beauté la vie ne lui a pas fait de cadeau. Dès l’adolescence son père ne maîtrise pas ses instincts sexuels face à ses charmes et Ruth subit ses assauts avec terreur.

Le premier homme qui lui accordera un peu d’affection finira par lui avouer qu’il est déjà marié au Canada et la laissera élever seule son enfant.

Puisque son physique est son atout principal, elle décide d’accentuer sa blondeur et de mettre son corps en valeur pour le vendre.

L’amour sera son gagne pain, les hommes se succèderont dans son lit et elle réussira à leur soutirer une certaine aisance financière, Ils la rejoignent dans son lit avec beaucoup d’envie mais également de la violence. Les coups vont vite faire partie de son quotidien et quand enfin elle ressentira le sentiment amoureux elle refusera la violence de son amant et lui donnera la mort.

C’est donc lors de son procès qu’Albert se mettra à douter de l’utilité de donner la mort à cette jeune femme aux boucles d’or.

Personne n’est complètement blanc ou noir dans cette histoire, il s’agit d’êtres humains avec leurs sensations leurs idées leurs erreurs et Didier Decoin évoque l’être humain avec beaucoup de sensibilité. Une lecture coup de cœur.

« Quand il a cessé de la frapper, elle a eu la sensation que toute la chair de son corps venait d’être broyée , qu’elle n’était plus qu’un magma de viande rose et obscène comme on en voit à l’étal des boucheries.

Mais une trentaine de minutes après que Ruth a encaissé le dernier direct à l’estomac, seules les portions de son visage, de ses seins et de son abdomen sur lesquelles David s’est acharné continuent d’irradier des douleurs fulgurantes , certaines à fleur de peau , d’autres profondément enfouies. Le reste de son corps semble s’être éteint, désolidarisé des centres nerveux comme si son organisme renonçait à gérer d’autres informations que celles émises par ses blessures. »

Commenter cet article

sous les galets 08/05/2014 11:59

Je crois que je l'avais vu à LGL l'an dernier, le sujet me faisait peur, mais son roman avait eu un bon accueil sur la blogosphère.....

jerome 05/05/2014 13:33

J'aime beaucoup Decoin. Longtemps que je n'e l'ai pas lu, c'est un roman qui me semble parfait pour sceller nos retrouvailles.

evalire 05/05/2014 20:16

je suivrai ton billet

Malika 02/05/2014 19:08

Encore un auteur que je n'ai jamais lu !!! Une vie n'y suffira pas !

evalire 03/05/2014 14:24

Tu as raison, le principal c'est de trouver son plaisir .

Philisine Cave 01/05/2014 21:07

Je n'ai rien lu de cet auteur. En tout cas, ton article donne envie de se plonger dans son univers. Je te souhaite une très belle fête du 1er mai et j'espère que cette journée précieuse t'a apporté beaucoup de joie. Je t'embrasse.

evalire 02/05/2014 12:23

je l'ai emprunté à la bibliothèque, je ne peux pas te proposer un voyage mais c'est un livre intéressant sur la peine de mort.

Syl. 01/05/2014 20:34

C'est dur quand même ! je ne pense pas le lire.
Je profite d'être chez toi pour m'excuser de ne pas venir plus souvent...
Bise

evalire 01/05/2014 20:43

Merci de ton passage, c'est toujours un plaisir même si j'avoue un penchant pour les histoires compliquées, qui donnent à réfléchir sur les côtés inattendues de l'âme humaine.