Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog d'Evalire

lectures, photos,musiques à partager

Emile Zola Au bonheur des dames

Publié le 14 Avril 2014 par evalire in lectures

La pagode à Paris offerte par le diecteur du bon marché à sa femme

La pagode à Paris offerte par le diecteur du bon marché à sa femme

Difficile d’écrire un billet face au grand Zola, mais je me lance.

J’ai ressenti un vrai bonheur de retrouver un de mes auteurs préférés (à l’adolescence j’ai dévoré Nana, germinal et l’assommoir) dans un roman encore tellement d’actualité sur l’arrivée des grands magasins et la mort du petit commerce.

Aujourd’hui l’appât du gain dirige le monde en oubliant que la société est composée d’être humains.

Enrichi à la suite d’un riche mariage, Mouret se retrouve à la tête du bonheur des dames dont il rêve de faire le plus grand magasin parisien.

Mouret connaît parfaitement l’âme féminine et cet atout devient sa force de vente … « vous savez qu’elles se vengeront » le menace sont adjoint « il y en a une qui vengera les autres, c’est fatal. »

Il ne sait pas si bien dire.

La jeune Denise orpheline à charge de ses deux frères vient à Paris chercher du travail chez son oncle propriétaire d’un commerce de tissu. Mais elle découvre la déchéance des petits commerçants depuis l’installation du bonheur des dames. Un gigantesque commerce de nouveautés qui leur impose sa suprématie, en adoptant de nouvelles méthodes de vente.

Le bonheur des dames révolutionne le commerce, il démocratise le luxe, il attire la cliente en effectuant des ventes à pertes mais il ajoute la tentation en multipliant les choix, il veut que les femmes se sentent chez elle dans le magasin, qu’elles se laissent aller et qu’elles dépensent sans compter.

Pour augmenter les ventes et éviter les vols, Mouret motive ses vendeurs en leur octroyant une partie du bénéfice et les mets en compétition.

« Tous n’avaient qu’une idée fixe déloger le camarade au dessus de soi pour monter d’un échelon, le manger s’il devenait un obstacle. »

Ce renouveau porte ses fruits et la fortune de Mouret se décuple.

Denise a compris que l’avenir du commerce doit passer par là, et elle choisit d’entrer au bonheur des dames .Son parcours professionnel sera semé d’embûches, mais elle réussira à imposer sa droiture et sa fermeté. Jusque dans ses amours elle restera intègre, son cœur n’est pas à vendre et son entêtement permettra à Mouret de réaliser les limites du pouvoir de l’argent.

« Ce qui arrêtait ces dames, c’était le spectacle prodigieux de la grande exposition de blanc. Autour d’elles, d’abord il y avait le vestibule, un hall aux glaces claires, pavé de mosaïques, où les étalages à bas prix retenaient la foule vorace. Ensuite, les galeries s’enfonçaient, dans une blancheur éclatante, une échappée boréale, toute une contrée de neige, déroulant l’infini de steppes tendues d’hermine, l’entassement des glaciers allumés sous le soleil. On retrouvait le blanc des vitrines du dehors, mais avivé, colossal, brûlant d’un bout à l’autre de l’énorme vaisseau, avec la flambée blanche d’un incendie en plein feu. »

Commenter cet article

Syl. 01/05/2014 20:36

Bon... c'est un de mes livres de chevet que je lis tous les ans. Je l'adore ! il est dans mes chouchous, il est ma petite thérapie contre le gris du ciel...

evalire 01/05/2014 20:47

Ah , on a quand même des goûts communs cela me fait plaisir .

Praline 25/04/2014 11:39

Un excellent souvenir de lecture pour moi ! Ce n'est pas mon préféré des Rougon-Macquart mais c'est l'un des premiers que j'aie lu.

Malika 17/04/2014 20:46

Pfffffff, je n'avais pas terminé !!!
Je disais donc, tout le génie de Zola est l'intemporalité de son oeuvre !
Le bonheur des dames fait également partie de mes préférés avec La terre, L'oeuvre et Le ventre de Paris .

evalire 01/05/2014 20:48

Il y en a tellement mais je sens que je vais en programmer d'autres dans mes lectures.

Malika 17/04/2014 20:43

C'est tout le génie de Zola

sous les galets 16/04/2014 15:37

C'est moi aussi un Zola que j'adore, et que j'ai lu à l'adolescence avec grand plaisir, et il en dit tellement sur notre époque aussi...

evalire 16/04/2014 20:09

C'est ce qui m'a étonné de trouver cette lecture si proche de notre époque .