Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog d'Evalire

lectures, photos,musiques à partager

Sigrid Nunez Et nos yeux doivent accueillir l'aurore

Publié le 5 Avril 2014 par evalire in lectures

Sigrid Nunez Et nos yeux doivent accueillir l'aurore

Un grand merci à Philisine qui m'a permis de découvrir ce livre voyageur .

 Voilà un petit moment que j’ai lu ce livre mais bizarrement  j’avais beaucoup de difficulté à en parler .Pourtant ce roman aborde la période de mon adolescence, les années 70, mais aux états Unis, avec le mouvement Hippies, la contre culture et une grande évolution des mœurs sexuelles et des droits  de la femme.

En 1968 lorsque Georgette entre à l’université à New York, elle quitte un milieu difficile. Depuis la disparition de son père, sa mère élève seule, ses cinq enfants avec peu d’argent et peu d’amour.

L’université est une concentration d’élèves issus de milieux aisés et Ann, sa colocataire n’échappe pas à cette règle, mais elle a  choisi de rejeter ses parents et leurs biens mal acquis, elle idéalise les personnes de couleur  en souvenir de l’esclavage sans doute pratiqué par ses ancêtres.

Ensemble, les deux jeunes filles vont vivre la vie fantasque des étudiantes de l’époque entre drogue, liberté sexuelle et rejet des valeurs du passé.

 A la même  période, Solange, la sœur de Georgette, choisit de rejoindre le mouvement hippie en direction de Woodstock.

Des années plus tard, Georgette découvre dans les journaux l’arrestation d’Ann pour meurtre. Ce drame lui fait réaliser l’importance de ces années et l’influence  de cette  période sur toute son existence.

Malgré quelques longueurs et de nombreuses fautes d’impression, j’ai  apprécié cette analyse sur une période pleine d’espoir pour la jeunesse.

«  D’après Ann, ses parents avaient l’air de statues d’un musée de cire. En un sens C’était vrai. Comme la plupart des clients du restaurant et, aux yeux des jeunes, comme presque tous les blancs de la classe moyenne âgés de plus de trente ans- peut être parce qu’ils étaient des statues de musée dans notre esprit . »

 

Commenter cet article

sous les galets 16/04/2014 15:39

je crois me souvenir du billet de Phili effectivement, moi c'est le côté girls qui me gêne, je suis rarement conquise par les livres des amitiés de femmes ...

evalire 16/04/2014 20:07

Ce roman s'attarde plus sur la période hippie et ce mouvement de liberté que sur les amitiés entre filles.

Nadael 12/04/2014 22:34

Un très bon souvenir de lecture.

jerome 07/04/2014 12:45

ça m'embête toujours quand on trouve des longueurs dans un roman. Pourtant à priori le sujet a tout pour me plaire...

evalire 07/04/2014 20:23

Sur un roman de 400 pages il y a souvent des longueurs.J'ai une préférence pour les romans plus concis. Si tu as un doute emprunte le .Philisine le fait voyager .Il doit passer dans les mains de Mina dans la semaine. J'attends ton avis avec intérêt.

Philisine Cave 06/04/2014 10:44

C'est un roman très vivant où les femmes aspirent à plus d'autonomie et à vivre intensément.