Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog d'Evalire

lectures, photos,musiques à partager

Yves Bichet L'homme qui marche

Publié le 12 Octobre 2014 par evalire in lectures

Depuis que sa femme est partie, Robert Coublevie a choisi de vivre en marge de la société. Il arpente les Alpes en suivant la frontière italienne mais sans jamais franchir la ligne. Il s’est fait pour ami un moine chartreux qui a choisi de rester du côté italien. Ils vivent chacun leur quotidien de chemineaux mais éprouvent du plaisir à partager leurs sensations à chaque rendez vous.

Parfois Robert doit retourner vers la ville. Il se réfugie au café du Nord ou il retrouve ses anciens amis Mounir, le serveur discret, Tapenade un habitué, Sylvain le patron du bar et puis sa fille Camille qui a perdu sa mère et sa grand-mère et qui semble bien perturbée par l’adolescence.

Lors de son dernier retour Robert fait la connaissance un drôle de poète agrégé des douanes …puis Camille lui fait des confidences…que veut elle cette petite, Ou va elle l’emmener ?

Un roman à dévorer pour sa poésie sa tendresse, son regard sur la vie.

Yves Bichet croque des personnages profondément humains avec leur vérité, leurs défauts leur faiblesse.Ce livre est un vrai coup de cœur qui m’a profondément touchée.

« La mémoire c’est un piège. Elle rassemble nos échecs et nos déceptions, elle classe toutes ces misères, elle les accumule dans le foutoir intime, là où ça pourrit sans ordre et sans façon. Crois moi, elle nous fait vraiment souffrir, la mémoire, genre élancements dentaux, vieilles caries qui se réveillent….

La joie c’est différent, Coublevie. La joie échappe aux souvenirs, elle est furtive. Elle est floue. Elle arrive comme par enchantement. Un regard, une caresse sur un bout de tissu, un parfum…Elle surgit à l’improviste et s’impose comme ça lui chante. Elle enfle d’un coup puis explose et se désagrège. Après ça plus rien. Une frustration, un dépit, mais plus vraiment de trace. On ne garde pas souvenir de la joie. C’est trop volatil et imprécis. Un vrai truc de myope. »

Commenter cet article

Nadael 14/10/2014 11:29

Comme cela me fait plaisir de voir ce livre "chroniqué". Comme toi, cette lecture fut un coup de coeur. Que j'ai aimé ce livre! Je suis d'ailleurs ravie de savoir qu'il figure encore dans la liste du prix Femina...

evalire 14/10/2014 18:00

je viens d'aller lire ton billet et je remarque que tu as également cité l’extrait sur la mémoire qui m'a vraiment interpellée.Difficile de gérer ses souvenirs douloureux alors que la joie s'efface trop vite .je vais m'empresser de répondre au tag positif dans l'air du temps