Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog d'Evalire

lectures, photos,musiques à partager

Catherine Francblin Niki de Saint Phalle

Publié le 24 Janvier 2015 par evalire in lectures

Catherine Francblin Niki de Saint Phalle

Comme nous avions prévu de visiter l’exposition parisienne des œuvres de Niki de St Phalle je me suis précipitée sur sa biographie.

Née dans une famille aristocratique française Catherine marie Agnès de st Phalle dite Niki de St Phalle est élevée en Amérique dans une famille bourgeoise.

Sa mère est très distante de ses enfants , elle s’attache à l’image qu’ elle doit donner d’une famille chrétienne de la classe supérieure gardienne des traditions et des valeurs de son rang.

Son père auquel elle est très attaché maîtrise peu ses bas instincts ( eh oui même dans la Haute l’homme reste un loup) il abuse de sa fille alors qu’elle a à peine 12 ans.

Elle doit vite oublier cet instant d’égarement, mais c’est sans doute ce lourd passé qui est à l’origine de sa grande souffrance psychique. Les médecins diagnostiquent une schizophrénie et c’est au cours de son hospitalisation qu’elle découvre la peinture et décide de devenir artiste.

L’art va devenir sa thérapie, même si elle doit abandonner mari et enfants elle rejoint Jean Tinguely qui va l’accompagner dans une grande partie de ses œuvres.

Cette biographie révèle un côté jolie petite fille riche qui lui a ouvert de nombreuses portes. Ses tirs qui ont fait fureur parmi les nouveaux réalistes des années 1960 sont à mon avis d’une valeur artistique douteuse( sans doute mon côté cartésien du milieu ouvrier ) En effet, d’immenses collages de bibelots recouverts de plâtre dissimulant des poches de peinture percées par des tirs à la carabine ne justifient pas l’engouement des riches bourgeois bohèmes de l’époque .

Mais cette série qui lui a sans doute permis d’exprimer sa violence intérieure n’est qu’une infime partie de ses œuvres et la visite de l’exposition du grand Palais à Paris m’a émerveillée. Ce monde de couleur atteste d’une imagination sans borne

Catherine Francblin Niki de Saint Phalle

Ses nanas abordent les nombreuses facettes de la femme :

-Le mariage-prison obligatoire pour chaque jeune fille

-La force de l’accouchement qui transforme la femme en mère.

-Le pouvoir des mères dévorantes mais aussi les références au combat pour l’égalité avec Black Rosy.

Ses parcs de sculptures nous entraînent dans l’imaginaire de l’enfance qu’elle a gardé toute sa vie.

Catherine Francblin Niki de Saint Phalle

Vite vous avez jusqu’au 2 février pour en prendre plein les yeux !

Commenter cet article

Praline 27/01/2015 00:03

Une expo sympa !

Soène 26/01/2015 18:36

J'avais déjà aperçu ces peintures. La pauvre, ça fait mal une vie pareille.
Faut pas se plaindre quand on a une vie "normale".
Les couleurs sont belles, les grosses dames rigolotes !
Bises