Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog d'Evalire

lectures, photos,musiques à partager

Maylis de Kerangal Réparer les vivants

Publié le 14 Janvier 2015 par evalire in lectures

Voici un livre qui remue les tripes, j’avoue la formule n’est pas vraiment littéraire mais son côté imagé correspond bien à ce que j’ai ressenti à la lecture de ce roman sur une transplantation cardiaque.

Dès le départ, quand le cœur de Simon s’emballe au début de la cession de surf, on redoute l’accident…Puis tout s’enchaîne, l’hôpital, le coma (cette parenthèse entre la vie et la mort ou une machine assiste votre enfant dans sa respiration), puis l’annonce de la mort cérébrale de Simon et la décision, celle qu’il faut prendre rapidement, alors que tout va trop vite alors que la vie est devenu un cauchemar …Accepter de donner les organes de son enfant.

« Comment pourraient ils seulement penser la mort de leur enfant quand ce qui était un pur absolu, la mort, l’absolu le plus pur justement. Puisque ce n’était plus ce rythme, ce rythme frappé au cœur de la poitrine qui attestait la vie »

J’avoue, les longues phrases de Maylis de Kerangal m’ont décontenancée car elles demandent une perpétuelle concentration pour cerner son propos, mais dans le dernier tiers du livre quand le cœur est prélevé et transporté vers une nouvelle vie j’ai été emportée par la force de son récit qui m’a émue aux larmes.

L’auteur entre dans les moindres détails physiques du prélèvement et de la reconstitution du corps de l’enfant décédé, mais le côté abrupte de ces scènes est compensé par le comportement du personnel médical qui effectue ces gestes avec respect et parfois même tendresse pour le corps du défunt

Un grand hymne au personnel hospitalier et à ses valeurs humaines.

« Comment raccorder sa mémoire singulière à ce corps diffracté ? Qu’en sera-t-il de sa présence de son reflet sur Terre, de son fantôme ? Ces questions tournoient autour d’elle comme des cerceaux bouillants puis le visage de Simon se forme devant ses yeux, intact et unique. Il est irréductible, c’est lui. Elle ressent un calme profond. La nuit brûle au-dehors comme un désert de gypse. »

Commenter cet article

Une Comete 21/01/2015 08:50

Toujours dans ma pile à lire... Il me fait peur...

sous les galets 16/01/2015 10:56

J'ai été aussi bouleversée par ce livre, le style ne m'a pas gênée mais certains blogueurs ont comme toi été décontenancée par cette écriture si particulière.

Philisine Cave 15/01/2015 20:05

J'ai tout, tout, vraiment tout aimé : c'est un énorme coup de cœur ! Ce livre m'a bousculée, bouleversée. Il reste marqué dans ma mémoire. Ce fut une lecture très forte. Bisous

evalire 15/01/2015 21:02

ce livre laissera des traces, c'est certain.

Nadael 15/01/2015 19:14

Un de mes coups de coeur de l'année 2014.

evalire 15/01/2015 21:01

C'est un sujet qui marque

jerome 15/01/2015 12:38

Je n'ai pas du tout accroché à l'écriture. Finalement j'ai l'impression, avec le recul, de ne pas avoir été à la hauteur de ce texte.

evalire 15/01/2015 21:01

Son style d'écriture n'est pas ce que je préfère,c'est le sujet qui m'a passsionnée