Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog d'Evalire

lectures, photos,musiques à partager

Ageorges-Skinner Sandrine Entre nos lignes

Publié le 22 Juin 2013 par evalire in lectures

entre-nos-lignes.jpg

 

 Au Texas, Hank Skinner a été condamné à la peine capitale pour un triple meurtre qu’il nie avoir commis.

En France, Sandrine milite pour l’abolition de la peine de mort et elle décide de correspondre avec des détenus américains qui vivent dans le couloir de la mort à la prison de Livingstone.

De cette correspondance entre Hank et Sandrine va naître une étonnante  histoire d’amour. Durant ces seize années, ils n’auront aucun contact physique puisque les visites aux condamnés s’effectuent à travers une vitre pare balle.

Sandrine a choisi d’écrire une longue lettre à Hank pour revenir sur le chemin parcouru ensemble pendant ces années et garder un peu d’espoir face à l’enfer de la prison.

«  Tu sais ce que j’ai envie de dire à tous  celles et ceux qui imaginent la prison comme un camp de vacances Ou la vie est bien trop facile…je leur conseillerais de faire une expérience en s’enfermant pendant quarante huit heure dans leur salle de bains, sans fenêtre,avec un robinet qui ne sera fonctionnel que si le gardien décide de ne pas couper l’eau, des toilettes sans papier, une base de lit en métal scellée dans le sol,une petite table scellée dans le mur, et puis rien,pas même le droit d’accrocher plus d’une photo au mur. Comme un cercueil, où même les sons se déforment et la vie se recroqueville sur elle-même. »

 

Ce cheminement dans le couloir de la mort, passe par l’injustice, les juges manipulés par les politiques, la violence des gardiens qui abusent de leur pouvoir pour torturer physiquement et psychologiquement les détenus et le racisme autorisé. Mais  on y rencontre également des religieux qui rodent dans l’espoir de récupérer une âme et organiser ses funérailles, des avocats qui finissent par baisser les bras sous le poids des textes de loi et de leur adaptation aléatoire et des journalistes, toujours à l’affût du sensationnel mais que Sandrine finira par utiliser comme un poids médiatique de plus dans cette balance qui penche dangereusement vers l’exécution.

Mais heureusement une note d’espoir dans ce milieu de l’horreur, la force des sentiments qui dépasse les murs de l’emprisonnement.

« Entre les lignes de nos mains qui ne peuvent se toucher, nos lignes de vie qui se fondent et se confondent si souvent et les lignes de nos mots qui dessinent notre vie commune, il y a autant de bonheur que d’horreur. Avant tout il y a nous, et c’est tout ce qui compte. »

 

J’ai apprécié ce livre pour le récit  de la vie de ce couple dans l’enfer de  la vie carcérale. Mon cœur de midinette, regrette la froideur du texte qui ne pénètre pas assez dans la sensibilité de chacun mais je comprends très bien la pudeur l’auteur qui ne lui permet pas de se révéler plus intimement. A découvrir.

 

Commenter cet article

Syl. 26/06/2013 19:58

Désolée, je décline ton invitation à le lire. Le sujet ne me tente pas beaucoup. Bise

Philisine Cave 23/06/2013 21:24

une histoire douloureuse ; je regrette cette tragédie.

evalire 24/06/2013 20:27



Une histoire qui donne des doutes sur la justice et son application.



asphodèle 22/06/2013 22:38

C'est bien ce qui me semblait, j'ai vu un reportage il y a quelques temps sur cette femme !!!! ;)

asphodèle 22/06/2013 16:27

Ce n'est pas basé sur une histoire vraie ? Il me semble en avoir entendu parler ! Très beau billet qui me tente mais non, j'ai mis ma PAL au régime !!!^^

evalire 22/06/2013 22:28



C'est effectivement une histoire vraie, je ne le savais pas quand j'ai emprunté le livre à la bibliothèque mais Hanz Skinner est toujours en prison à l'heure actuelle.