Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog d'Evalire

lectures, photos,musiques à partager

Jean Meckert Les coups

Publié le 1 Juin 2013 par evalire in lectures

 

les-coups.jpg

 

« Les coups » est un coup de cœur de mon libraire.

Cette histoire se déroule  à Paris  pendant la période qui a suivie la seconde guerre mondiale.

La mère de Félix économisait pour lui payer des études, mais son décès trop rapide a obligé Félix a rentré en apprentissage dès 13 ans. Il a rapidement connu la violence de ses supérieurs et a quitté l’usine pour vivoter de petits boulots.

A 25 ans s’ouvre pour lui une nouvelle vie, il trouve un emploi de manœuvre dans un atelier de mécanique et espère rencontrer le bonheur auprès d’une gentille petite femme.

Ce sera Paulette, la secrétaire de l’entreprise qui décrochera son cœur.

Mais la famille de Paulette est formée de cols blancs qui s’embourgeoisent et qui jugent la respectabilité sur le paraître.

Chacun enjolive son ordinaire de belles paroles de pensées qui se veulent culturelles et Félix, simple et nature ne possède pas les mots pour faire sa place dans ce monde.

Il est blessé dans son amour propre, il se rend compte du ridicule de ces beaux parleurs mais face à eux il perd confiance en lui.

Avec Paulette il profite des plaisirs ordinaires du quotidien de leur vie d’amoureux.

Mais quand sa femme qui se nourrit de roman feuilleton, lui reproche sa vulgarité, son côté primaire, et le traite d’imbécile il sort de ses gonds et ne sait répondre à cet affront que par la violence des coups.

Dans ce roman c’est Félix qui nous retrace jour après jour son histoire, ses sentiments tout ce qu’il n’arrive pas à dire.

 

Ce livre  m’a charmée par la qualité de son écriture et j’ai retrouvé dans cette tranche de vie l’ambiance sociale des romans de Zola.

 

«  On a quand  même  eu des fois des bons moments, après cette cérémonie idiote, il faut être juste. Seulement je ne suis pas l’homme de métier. J’ai peur de la rendre bancale ma belle histoire dont je ne suis pas très fier. Les mots ont tellement besoin de logique que vingt fois déjà j’ai eu le dégoût de la continuer, mon histoire. Il faut tout tailler, tout rogner et monter à chaque instant sur la bascule pour voir le poids que ça fait. Est-ce qu’on y reconnaîtra quelque chose dans toute cette suite de mots que j’ai briqués à peu près proprement ? Est-ce qu’on saura que derrière toute la façade gentillette et plus ou moins équilibrée il y a le drame illogique de deux existences ? Est-ce que j’aurai fait sentir, à monter mon petit mur bizarre, toute l’énorme tragédie que j’ai sentie ?

Commenter cet article

Malika 02/06/2013 09:52

Purquoi choisis tu de ne jamais montrer les couvertures des romans ? Je suis curieuse mais ça m'intrigue !!!

evalire 02/06/2013 17:52



En plus de la lecture j'aime aussi la photo et j'ai choisi d'associer chaque livre à une de mes photos, celle qui lui correspond.Parfois je cherche beaucoup, parfois l'idée me vient tout de suite
, voilà c'est un petit jeu et cela me permet de faire partager mes photos.( les couvertures tout le monde peut les voir et elles ne sont pas tellement importantes pour moi.)