Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog d'Evalire

lectures, photos,musiques à partager

les Tondues pourquoi?

Publié le 22 Février 2012 par evalire in blabla

 

             Pourquoi ?

  20 000 femmes soupçonnées d’avoir côtoyé les allemands  ont été tondues à la libération

                   

Les tontes permettent par le châtiment des femmes de « laver la souillure » du pays.

 

"Notre conscience de civilisé se fut autrefois révoltée contre cette formule de répression spectaculaire digne d'un autre temps. [...] Mais notre indignation fut telle au cours de ces quatre années qu'aujourd'hui notre colère explose."

 

 «Eh, la putain du boche!» La foule hurle et brandit des croix gammées. Un kiosque à musique, sur la place de l'Eglise, à Fouras (Charente-Maritime): elles sont là, une trentaine, «parquées comme des truies». Le bruit de scie de la tondeuse. Et les mèches brunes, blondes, châtains, qui pleuvent, au bas de la tribune... 

Malgré la maladie d'Alzheimer qui la ronge, Renée n'a jamais oublié. Ni l'estrade où on l'a exhibée comme un animal de foire, ce jour de printemps 1944. Ni le voisin, venu, avec trois comparses, la tirer de l'hôtel où elle travaillait. «Je l'ai tout de suite reconnu», murmure-t-elle, fragile silhouette dans sa veste trop grande, posée au bord de sa chaise, sa fille Mylène à ses côtés. «J'étais en train de faire la salle, dans l'hôtel de ma tante qui avait été réquisitionné par les Allemands. Il m'a dit: «Tu viens avec nous.» Il m'a emmenée. Et on a toutes été tondues...» L'aveu est lâché d'une voix atone, regard fixe, perdu dans ce passé qu'elle exhume.

 

 

 

Comprenne qui pourra

 Paul Eluard

 

En ce temps là, pour ne pas châtier

les coupables, on maltraitait des filles.

On allait même jusqu’à les tondre.

Comprenne qui voudra
Moi mon remords ce fut
La malheureuse qui resta
Sur le pavé
La victime raisonnable
À la robe déchirée
Au regard d’enfant perdue
Découronnée défigurée
Celle qui ressemble aux morts
Qui sont morts pour être aimés
Une fille faite pour un bouquet
Et couverte
Du noir crachat des ténèbres
Une fille galante
Comme une aurore de premier mai
La plus aimable bête
Souillée et qui n’a pas compris
Qu’elle est souillée
Une bête prise au piège
Des amateurs de beauté

Et ma mère la femme
Voudrait bien dorloter
Cette image idéale
De son malheur sur terre.

 

 

Commenter cet article