Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog d'Evalire

lectures, photos,musiques à partager

Marie Ndiaye trois femmes puissantes

Publié le 27 Mai 2012 par evalire in lectures

3-femmes-puissantes.jpg

 

Dès les premières pages de ce roman, j’ai été surprise par l’écriture de Marie Ndyae ; de longues phrases pleines de poésie  qui nous entraînent dans le subconscient des personnages.

Un premier récit aborde la difficulté des relations entre un père et sa fille devenue adulte. Le père a dans le passé  abandonné sa femme et ses deux fillettes en France emmenant en Afrique son fils unique âgé de 4 ans, malgré sa mauvaise conduite, Norah ne peut pas ignorer le pouvoir de son  père dans sa vie.

« Et celui qui l’accueillit ou qui parut comme fortuitement sur le seuil de sa maison de béton, dans une intensité de lumière soudain si forte que son corps vêtu de clair paraissait la produire et la répandre lui-même, un éclat blanc comme une ampoule au néon, cet homme surgi au seuil de sa maison  démesurée n’avait plus rien, se dit aussitôt Norah, de sa superbe, de sa stature, de sa jeunesse auparavant si mystérieusement constante qu’elle semblait impérissable. »

Puis Marie Ndiaye évoque la décadence morale et physique d’un couple suite à un changement de condition de vie.

Dans la même journée Rudy fait le point sur son vécu et toutes les émotions viennent le submerger. Il réalise qu’il déteste son nouvel emploi, qu’il n’a plus confiance en sa femme, qu’il n’a aucune communication avec son fils et qu’il accorde trop de poids aux décisions de sa mère.

« Pourquoi, le temps passant,pourquoi la belle jeunesse s’éloignant de lui,avait il l’impression que seule la vie des autres, de presque tous les autres autour de lui,progressait naturellement sur un chemin de plus en plus dégagé que la lumière finale éclairait déjà de rayons chauds et tendres, ce qui leur permettait, à tous ces hommes de son entourage, de baisser leur garde et d’adopter vis-à-vis de l’existence, une attitude décontractée, subtilement caustique mais imprégnée de la conscience discrète qu’un savoir essentiel leur était échu au prix de leur ventre souple et plat, de leur chevelure unie, de leur parfaite santé ? »

Le dernier récit concerne l’image de la femme dans la société africaine, soumise à sa grand-mère puis à son mari Khady Demba , jeune veuve abandonnée par sa belle famille se retrouve à la rue.

Malgré la difficulté de cette vie, elle va découvrir qu’elle existe, elle en tant qu’individu et qu’elle peut laisser sa personnalité s’exprimer.

«  De telle sorte qu’elle avait toujours eu conscience d’être unique en tant que personne et, d’une certaine façon  indémontrable mais non contestable, qu’on ne pouvait la remplacer, elle Khady Demba, exactement, quand bien même ses parents n’avaient pas voulu d’elle auprès d’eux et sa grand- mère ne l’avait recueillie que par obligation. »

L’auteur mêle à ces récits un soupçon de magie propre aux contes africains qui donne une touche d’originalité inattendue ainsi le flamboyant, la buse ou les corbeaux deviennent des symboles de la mort qui rôde.

J’ai été envoûtée par ce roman où domine la violence des sentiments.

Commenter cet article

Une Comète 31/05/2012 20:30

Bonsoir Eva, ce roman, je l'avais détesté à sa sortie. Peut-être que je devrais le relire, à la lumière de ta critique... Bonne soirée.

evalire 31/05/2012 20:46



Je crois que je l'ai lu au bon moment , j'étais assez patiente ( ce qui n'est pas toujours le cas )pour prendre le temps de comprendre et de m'impregner de l'histoire . bizz


 


 



Syl. 28/05/2012 18:24

Ah ? Alors je vais le noter. Il mérite que je me renseigne à la BM...

Syl. 28/05/2012 14:17

Tu as de belles phrases pour parler de ce livre, mais je ne pense pas le lire.

evalire 28/05/2012 18:14



Pourtant en suivant tes lectures je pense que le style pourrait te plaire, mais la dernère histoire est assez violente.C'est facile de donner ses impressions mais difficile de savoir si cela peut
plaire à une autre personne.Cela dépend aussi du moment où on le lit .


bonne journée


evalire



Philisine Cave 28/05/2012 12:59

Je ne l'ai pas lu ; peur d'être déçue, de m'ennuyer même si les thèmes développés me parlent. À voir peut-être plus tard.

evalire 28/05/2012 18:08



Vraiment je ne me suis pas enuyée , j'ai été vite absorbée parfois tendue énervée par le comportement des  personnages tellement j'étais dans l'histoire.Il faut passer le barrage du style ,
j'avoue que j'ai relu plusieurs fois certaines phrases pour les comprendre ( je n'ai pas fait beaucoup d'études....) Le livre est à la maison il peut voyager. bonne journée


evalire



Sharon 27/05/2012 22:18

Pour ma part, j'ai eu beaucoup de mal avec ce roman.

evalire 28/05/2012 18:10



Je te comprends, quand j'ai lu les premières phrases à mon mari .Il m'a répondu c'est pour cela que je ne lis pas .....


bises evalire