Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog d'Evalire

lectures, photos,musiques à partager

Olivier Adam les Lisières

Publié le 12 Octobre 2012 par evalire in lectures

lisieres.jpg

Paul, écrivain de renom, installé dans le Finistère, vit mal son divorce, il est encore amoureux de son ex femme et ses deux enfants lui manquent.

Il se pose de nombreuses questions sur sa culpabilité dans la séparation et se replie sur lui-même cherchant à cerner ses erreurs.

La santé défaillante de sa mère l’oblige à retourner sur les lieux de son enfance en banlieue parisienne. Il a toujours eu du mal à communiquer avec ses parents et ce retour n’est pas facile.

Ce voyage le replonge dans un passé douloureux ou il a perpétuellement du lutter contre son tempérament dépressif.

Il va également retrouver ses anciens amis et réaliser qu’à cause de son métier d’écrivain, il ne fait plus partie de leur monde. Il a changé de milieu social et ils ne le considèrent plus comme un des leurs. Où se situe sa place ? A la lisière de quel monde ?

 J’ai lu et aimé de nombreux romans d’Olivier Adam, mais pour celui-ci mon avis est mitigé.

Ce roman est trop long, l’auteur se répète souvent et le lecteur s’essouffle. Paul découvre qu’il a eu un frère jumeau décédé à la naissance et dont il ignorait la naissance, une situation déjà lue dans un précédent roman et mal intégrée au texte, bref des lacunes (si j’ose me permettre) mais pour terminer sur une note positive je pense qu’il a su trouver les mots pour décrire  le poids de la séparation et tous les doutes qui s’installent devant l’échec d’une vie commune. Paul veut chercher refuge dans son passé mais il réalise qu’il n’a plus de point commun avec les lieux et les personnages  de son enfance c’est vers l’avenir qu’il doit se tourner.

 

« Mes livres et ceux de mes confrères n’aidaient nullement les gens, au contraire, ils enfonçaient les plus fragiles, les plus inaptes, ils les confortaient dans leurs humeurs les plus noires, leur maintenant la tête sous l’eau, dans l’étang poisseux de la dépression, la vase verdâtre de la mélancolie. Ils glorifiaient la tristesse et les éclopés, la défaite et la désillusion, la fuite et la désertion, comme s’il était plus noble d’être de ce côté-là que de celui de la vie et de la lumière. »

 

Un extrait du livre qui pose une autre question : quel est le pouvoir  du livre sur le lecteur ?

 

Commenter cet article

Malika 30/10/2012 09:41

Comme toi j'aime les romans d'Olivier Adam et comme toi j'ai trouvé celui-ci assez décevant.

evalire 30/10/2012 18:02



Allez on va dire que c'était un faux pas .Il va revenir avec d'autres romans comme on les aime .


bises



Philisine Cave 12/10/2012 22:22

Je te réserve une petite surprise dimanche et mettrai en lien ton avis. Bises (pour le livre, je vais l'emprunter à la biblio).

Sharon 12/10/2012 20:45

Il est dans ma PAl. Ouille. Pas sûre d'avoir envie de le lire avant un certain temps.