Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog d'Evalire

lectures, photos,musiques à partager

Harper Lee Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur

Publié le 6 Octobre 2013 par evalire in lectures

Ensemble contre l'adversité

Ensemble contre l'adversité

De mon point de vue l’oiseau moqueur représente l’étranger, celui qui est différent des autres, celui dont ont ignore les pensées et dont on ne comprend pas le comportement.

Dans la crainte d’une menace, ou simplement par peur de l’inconnu, le premier geste de l’être humain est de chercher à éliminer l’étranger, ou à le maintenir dans une condition inférieure, pour pouvoir continuellement le dominer.

Scout est une petite fille de 6 ans qui vit en Alabama dans les années trente avec son frère Jem de trois ans sont aîné. Leur père Atticus Finch, les élève seul, il leur laisse une certaine liberté mais il souhaite leur inculquer le respect de l’autre.

Leur voisin Boo Radley, légèrement handicapé est maintenu enfermé à la maison par son père. Scout et son frère sont à la fois apeurés et attirés par cet inconnu, leur imaginaire en fait un monstre, un diable, mais leur curiosité les pousse à essayer d’apercevoir ce personnage. Boo devient le centre de leur jeu jusqu’à ce qu’ils comprennent le mal qu’il n’est peut être pas vraiment méchant.

Atticus Finch est avocat et il est désigné pour défendre la cause d’un homme noir soupçonné de viol sur une jeune fille blanche. Il n’y a aucune preuve contre lui mais c’est la parole d’un noir contre celle d’un blanc.

. Dans ce petit village ou tout le monde se connaît il n’est pas bien vu qu’un blanc prenne la défense d’un noir et au grand étonnement des enfants, les voisins deviennent des ennemis. Les enfants de l’école comme les adultes les rejettent et ils souffrent de cette situation. Scout et Jem découvrent à travers le déroulement de ce procès la cruauté de l’âme humaine.

Scout prend la parole pour nous raconter cette période de son enfance et son vocabulaire enfantin, l’innocence de ces propos apportent beaucoup de charme à cette histoire, les jeux les peurs l’imagination de l’enfance s’efface avec le déroulement du procès qui m’a semblée la meilleure partie du livre.

« Je me demande à quoi il ressemble, murmura Dill

Jem fit une description plausible de Boo : il mesurait près de deux mètres, à en juger par ses empreintes ;il mangeait des écureuils cruset tous les chats qu’il pouvait attraper , ce qui expliquait que ces mains soient tachées de sang –si on mangeait un animal cru, on ne pouvait plus jamais en enlever le sang. Une longue cicatrice lui barrait le visage ; pour toutes dents, il ne lui restait que des chicots jaunes et cassés. Les yeux lui sortaient des orbites et il bavait presque tout le temps. »

Commenter cet article

Nadael 11/10/2013 17:31

Un livre que je lirai c'est certain.

Philisine Cave 08/10/2013 18:47

Toujours pas lu mais je vais le découvrri tôt ou tard : plus tard que tôt d'ailleurs ! bisous

evalire 08/10/2013 20:19

J'avoue il ne fait pas partie de mes coups de cœur.

Syl. 08/10/2013 08:35

Je ne vais pas le noter.
Ta photo est superbe ! Digne de figurer sur une couverture de livre.

evalire 08/10/2013 20:18

merci pour la photo , mais c'est facile quand les arbres prennent la pause dans un superbe parc américain.

keisha 08/10/2013 11:32

pas les longueurs du début, et puis l'acteur masculin...Gregory Peck

keisha 07/10/2013 13:56

Un peu longuet au démarrage, ce roman. Mais tu as le film tu sais!

evalire 07/10/2013 21:41

Je ne savais pas qu'il y avait un film, est ce que tu as préféré la version ciné?

Malika 07/10/2013 09:32

Je n'ai pas été emportée par ce roman, le sujet a été tellement exploité depuis que j'en attendais quelque chose de plus !