Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog d'Evalire

lectures, photos,musiques à partager

Michel Bussi Un avion sans Elle

Publié le 5 Septembre 2013 par evalire in lectures

Michel Bussi Un avion sans Elle

Le titre m’attirait, à cause du souvenir de la chanson de Charlélie Couture « comme un avion sans ailes », et Une comète me l’a envoyé .

Que demander de mieux ?

Quel est l’avenir d’un bébé de trois mois, seul rescapé d’un accident d’avion ?

En 1980, un avion s’écrase sur le mont Terrible dans le jura et, oh miracle ! On retrouve, à côté de la carlingue, un nourrisson de quelques mois, unique survivant de cette catastrophe.

Mais quelle est l’identité de cet enfant ?

Deux couples voyageaient à bord de cet avion avec leur jeune bébé, deux fillettes aux yeux bleus et d’âge identique.

Les autorités judiciaires manquent de preuves pour déterminer à quelle famille appartient la survivante.

Les grands parents des deux familles attendent avec impatience de retrouver celle qu’ils pensent être leur petite fille.

Emilie,pour la famille Vitral qui occupe une petite maison de pêcheur à Dieppe , la sœur de Marc, deux ans,resté avec ses grands parents pendant que ses parents profitaient de leur chance d’avoir gagné un voyage en Turquie.

Lylie –Rose pour Léonce et Mathilde de Carville, ainsi que Malvina, la grande sœur de six ans rentrée plus tôt de Turquie pour préparer l’accueil de ce nouveau né dans la famille.

Après des mois d’enquête, les juges ont tranché, sans certitude exacte le bébé sera Emilie Vitral.

Aujourd’hui la fillette a 18 ans. Crédule Grand Duc, le détective privé payé par Mathilde de Carville n’a trouvé aucune preuve nouvelle de l’identité du bébé. Il a échoué dans son enquête et adresse à Emilie un cahier qui contient toutes les notes de ces années de méticuleuses recherches.

Soudain, à la relecture de l’Est Républicain du 23 décembre 1980, la vérité lui saute aux yeux, mais il meurt assassiné, avant de pouvoir en dire plus.

Marc et Emilie qui sont unis par un amour plus fort que la fraternité partent à la recherche de la vérité.

L’intrigue est menée de main de maître et ne laisse aucun répit au lecteur, devant la succession des rebondissements.

Un seul bémol, Michel Bussi a vraiment caricaturé ses personnages à l’excès.

Dans le rôle du gentil populeux, la grand-mère dieppoise au décolleté grivois qui vend des frites sur les quais dans un vieux camion citroën.

Et en face La méchante famille bourgeoise, pourrie par l’argent et le pouvoir et Malvina la grande sœur devenue effroyablement laide et haineuse.

Je pense qu’il faut faire abstraction de ces dérives et se laisser prendre par ce polar qui soulève néanmoins la difficulté de vivre avec le doute de sa réelle identité.

« De quel côté faire retomber la pièce ? Je n’y suis pas parvenu au bout du compte .Je vous laisse tous les indices en héritage. A vous de jouer…

Mais je vous vois venir…

Et la science alors, les habits ? Le sang ?les yeux ? Tout le reste ?

J’y viens. »

Commenter cet article

Oph 07/10/2013 19:15

Je suis tout à fait d'accord avec toi ! Effectivement, les personnages étaient assez caricaturés mais l'intrigue a réussi à me le faire oublier !

Philisine Cave 09/09/2013 20:37

Tu en parles bien et tu donnes envie, malgré les défauts relevés. L'auteur a peut-être voulu trop bien faire. Bises

evalire 11/09/2013 22:48

Tu as raison, je suis sans doute un peu trop exigeante mais l'intrigue est passionnante.

Une Comète 06/09/2013 14:40

Chouette, tu as aimé, tout comme moi, en dépit de ses quelques défauts ! On ne peut pas le lâcher :) Bisous