Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog d'Evalire

lectures, photos,musiques à partager

Virginie Ollagnier Toutes ces vies qu'on abandonne

Publié le 27 Septembre 2013 par evalire in lectures

Virginie Ollagnier Toutes ces vies qu'on abandonne

Claire avait 8 ans quand sa mère est décédée, ballottée entre sa tante et son père, elle n’a manqué de rien sauf d’amour. Adolescente elle est dynamique, pleine d’humour, elle déborde de tendresse à donner. Elle veut se consacrer aux humains et choisit la vie monastique, pensant trouver au sein de cette communauté, une vie collective dédiée aux autres. Quand elle entre au couvent de la visitation et devient infirmière à l’hôpital St Joseph, elle pense que son avenir est tout tracé, dés sa majorité, elle prononcera ses vœux.

La première guerre mondiale recrache ses hordes de blessés et Claire se sent dans son élément elle se donne entièrement aux soins des soldats.

Aujourd’hui c’est l’armistice et les trains ramènent du front des hommes meurtris dans leur âme comme dans leur chair. Comment ces soldats vont-ils pouvoir reprendre goût à la vie après ces années vécues dans l’enfer des tranchées avec la mort comme quotidien.

Sur un brancard, un grand corps en position fœtale aux lèvres bleues, l’homme reste prostré, fermé au monde, il ne réagit plus aux stimulations, seul le réflexe de déglutition lui permet de se nourrir et de garder un semblant de vie.

Claire, qui travaille à l’asile psychiatrique avec le docteur Tournier, son maître et son ami, va devenir l’infirmière de ce soldat inconnu.

En lui frottant les mains pour le réchauffer, elle remarque que le malade se détend. Puisqu’il réagit au toucher, le médecin demande à Claire de lui masser chaque jour une partie différente du corps, afin de stimuler ses sens.

Au contact de ce corps qui semble s’éveiller sous ses doigts, Claire s’attache à cet inconnu. Est ce parce qu’il demande les mêmes soins qu’un bébé, et qu’elle est à l’âge de la maternité, comme lui souligne le docteur Tournier ?

Pourquoi ses pensées sont elles continuellement tournées vers cet homme, alors que c’est inconcevable pour une jeune novice qui se destine à dieu. Claire doute.

En alternant le suivi médical de ce soldat avec les pensées que lui procurent les massages de Claire nous découvrons à travers ses souvenirs tactiles, le passé de cet inconnu, son enfance, ses amours et sa vie pendant la guerre.

Dans ce roman à plusieurs voix, Virginie Ollagnier aborde non seulement la foi et l’engagement religieux, la guerre et l’empreinte qu’elle laisse sur ces hommes qui ont vécu la peur, la haine, l’horreur, l’inimaginable, mais également le soin psychologique, l’aide que peuvent apporter des thérapies comme l’hypnose et les automatismes afin de permettre à ces soldats, sinon d’oublier, au moins de réussir à vivre avec ses souvenirs.

« Une nonne ne doit pas douter !si vous doutez, que me reste t’il ?

Il allongeait les mains en travers de la table vers celle qui devait le secourir.

Vous pensez que les religieux ne s’interrogent jamais ? Le chemin que j’ai choisi ne me garde pas des doutes …je dirais même, qu’au contraire,, infirmière et religieuse est l’association la plus fertile en questionnement… »

Une participation au challenge premier roman chez Anne

Une participation au challenge premier roman chez Anne

Commenter cet article

Nadael 01/10/2013 09:51

Intéressant. Tu me fais penser que j'ai un livre de cette auteure dans ma Pal : L'incertain.

evalire 02/10/2013 22:28

Je suivrai ton avis sur l'incertain avec intérêt car j'ai apprécié cet auteur .

Anne 27/09/2013 19:17

Mais c'est tout changé ici ! J'aime bien, c'est aéré et très frais ! Rhooo ce livre, retour de la guerre 14-18 et débuts de la psychiatrie, je le veux bien à prêter, en effet, tu m'as bien devinée, et t'es trop gentille ! Je te maile !